LILLYDOO : mon coup de coeur de maman

Hello ma team,

Aujourd’hui, je souhaite vous parler d’une marque que j’affectionne particulièrement depuis que je suis maman. Une marque qui m’accompagne au quotidien dans les soins de change de ma fille.

J’ai découvert la marque LILLYDOO sur le réseau social Instagram. À l’époque, je m’en souviens encore, je n’avais pas d’enfant. Je les trouvais jolies, elles changeaient l’image habituelle que j’avais toujours eue des couches. Je me disais que s’il fallait s’occuper du change, un jour, autant que cela se fasse dans la bonne humeur grâce aux jolis designs des couches LILLYDOO.

Quand j’ai appris que j’étais enceinte, je disais à qui voulait bien l’entendre que mon bébé porterait uniquement des couches de la marque LILLYDOO. Je le voyais déjà dans mon imaginaire, gambader à quatre pattes avec de jolies couches.

Au-delà de l’aspect esthétique, la marque LILLYDOO répondait à de réelles préoccupations sanitaires que j’éprouvais à l’égard de la composition des produits pour bébé.

C’est donc sans hésitation aucune que j’ai commandé mon kit d’essai en préparant ma valide pour la maternité.

Poursuivre la lecture de « LILLYDOO : mon coup de coeur de maman »

Publicités

Conversation féminine avec Vanessa Lemina.

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir d’interviewer la pétillante Vanessa Lemina, fondatrice du concept « On mange quoi ce soir chou? ». D’ailleurs si vous ne connaissez pas encore son travail, je vous invite vivement à découvrir ses recettes alléchantes sur sa page Facebook et sur son compte Instagram.

51968851_2311309795816578_4253516850094145536_o
Crédit photo : On mange quoi ce soir chou ?

 

Avant d’être la créatrice du concept « On mange quoi ce soir chou », Vanessa est tout d’abord, une femme en accord avec son époque, qui a ses propres idéaux et sa propre philosophie sur la place qu’elle occupe dans la société. C’est dans cette optique que j’ai souhaité recueillir ses convictions féministes .

Je souhaite à travers ces interviews recueillir les visions des femmes de différents horizons, pour permettre à chacune de mes lectrices de pouvoir s’identifier et se reconnaître au travers de ses paroles de femmes. 

Quels sont les défis, auxquels tu es confrontée, aujourd’hui, en tant que femme ?

La vie est un défi, les choix que nous faisons également. Étant maman, j’ai dû revoir mon organisation et j’ai dû affronter mes peurs et mes doutes. J’essaye au quotidien de me focaliser uniquement sur mes objectifs sans me préoccuper du jugement des autres. Le dépassement de soi est l’un de mes crédos et tant que mon but ne sera pas atteint, je continuerai de me challenger sans relâche. 

 

Crédit photo : On mange quoi ce soir chou ?

 

Penses-tu qu’être une femme ambitieuse peut faire peur aux hommes ?   

Je dirai oui et non, cela dépend de tout un chacun. Je dirai plus que ça impressionne fortement, car il faut être à la hauteur.


Que veut dire pour toi le mot « féministe » ?

Une féministe est une militante pour l’égalité des sexes dans une société, où la place de la femme est le plus souvent sous-estimée. Je suis féministe dans le seul but d’améliorer le rôle et les droits de la femme pour son émancipation.


Peux-tu dire que tu es une féministe ?   

 Oui

 

Qui a été ton premier modèle féministe ?
J’en admire plusieurs, mais dans l’immédiat,  je dirai Rosa Parks. D’ailleurs, l’une de ses citations est devenue mon hymne : « Vous ne devez jamais avoir peur de ce que vous faites quand vous faites qui est juste ».

rosa-parks2
Rosa Parks

Pourquoi le mot « féminisme » fait-il aussi peur aux hommes ?
Le féminisme donne à certains hommes la sensation de perdre le contrôle. Je présume qu’ils ont l’impression de ne pas être à la hauteur face à cette émancipation massive des femmes.
Il est important de noter que pour certains la place de la femme est dans la cuisine. (rire)

Les dogmes religieux prônent la soumission de la femme, penses-tu que le féminisme et la religion sont incompatibles ?

Oui, il ne faut pas être extrémiste au féminisme.

Chimamanda Ngozi Adichie figure emblématique de l’afro féminisme a dit ceci :   

  « Savoir cuisiner n’est pas une compétence pré-installée dans le vagin. Cuisiner s’apprend. Cuisiner, de même que les tâches domestiques en général, est une compétence de base qu’idéalement les hommes et les femmes devraient avoir. C’est également une compétence qui se refuse parfois aux hommes comme aux femmes.»

Qu’en penses-tu ?
Je suis de cet avis ! On ne naît pas homme ou femme,  on le devient ce qui signifie que la vie est un apprentissage. On fait le choix d’apprendre. La vie est une succession de choix qui fait l’homme ou la femme.

08564d94-b85b-4e3f-9cb4-4234f1cb217a
Vanessa Lemina


Si jamais, tes filles pouvaient lire cette interview, quel message aurais-tu à leur transmettre ?
Le savoir est ton arme, rêve grand et sans limite.   Travaille dur pour y arriver !

Oui, tu peux le faire ! Ton indépendance sera ta liberté.

Cultivons notre beauté intérieure.

 

Ce weekend au cours d’une conversation avec ma cousine, nous parlions d’un ami commun qui venait de se marier. Au détour de notre conversation ma cousine me dit : « je trouve que sa femme n’est pas belle, il aurait pu faire un meilleur choix. »

Tout d’un coup, un passage tiré de la Bible m’est venu à l’esprit .

 « La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; la femme qui craint l’Éternel est celle qui sera louée. » Proverbes 30:31

Je me suis rendue compte que cet ami n’avait peut-être pas épousé cette fille pour sa beauté physique mais plutôt parce qu’il avait trouvé en elle les qualités d’une bonne épouse.

Nous vivons dans un monde où l’apparence physique a pris le dessus sur les qualités intérieures. Nous nous attardons sur le superficiel et négligeons le fond. Nous sommes sous le règne de l’apparence. Le bon choix de l’épouse se limite pour beaucoup à son apparence. D’aucuns diront : « sa femme est belle, il a fait un bon choix. » Sans en savoir plus sur la concernée.

Le message que nous renvoyons à la nouvelle génération avec ce genre de remarque, c’est que l’apparence prime sur le reste alors que cela est absolument faux.

Cette manière de penser est totalement erronée.

À quoi sert-il à une femme d’être la plus belle du monde si elle n’est pas une femme vertueuse ? Rien du tout. Car l’on finit souvent par se lasser de la beauté mais pas d’une belle personnalité.

Apprendre à cultiver sa beauté intérieure est la chose la plus importante à faire. Loin de moi l’idée de penser qu’il ne faut pas prendre soin de son apparence physique parce que cet aspect compte aussi dans notre rapport aux autres.

Néanmoins, une belle femme dotée de bonnes qualités sera toujours plus attirante qu’une femme qui plaît uniquement à la vue.

Ne dit-on pas que tout ce qui brille n’est pas de l’or ? Je pense que cet adage s’applique bien à la perception de l’autre.

Bisous bisous

Marinette