Le mariage à tout prix.

Larissa est une jeune femme de 29 ans, elle est Chargée de marketing dans une grande entreprise. Elle est belle et indépendante. Elle n’a rien à envier aux autres filles, elle a tout pour elle. Cependant elle est célibataire et la société et son entourage lui fait comprendre que ce n’est pas normal. La société lui fait croire qu’elle n’est pas une femme accomplie. Ses amies se marient, ses sœurs se marient et ses cousines aussi, malheureusement pas elle. Il ne se passe rien dans sa vie sentimentale. Plus elle y pense, plus elle s’inquiète, elle est désespérée, sa mère lui répète inlassablement qu’elle aimerait la voir marié, mais Larissa n’a aucune piste sérieuse.

La pression sociale devenant trop pesante, Larissa décide de s’inscrire sur un site de rencontre avec l’espoir d’attirer son futur mari. Les résultats ne se font pas attendre Larissa reçoit le premier like, puis le premier message d’un prétendant. Larissa rêve déjà de sa demande en mariage, elle imagine sa bénédiction nuptiale, elle visualise sa robe, son maquillage et le sourire fière de ses parents. Larissa rêve déjà de ce bel inconnu. Arrive le premier rendez-vous, Larissa n’y croit pas, Xavier correspond à l’homme de ses rêves.

Poursuivre la lecture de « Le mariage à tout prix. »

Publicités

Au secours, j’ai peur d’accoucher !

Le 14 mai 2018 j’ai donné naissance à une magnifique petite fille, et avant d’en arriver là, je suis passée par une phobie de l’accouchement pendant de longues années.

Le simple fait de regarder une scène d’accouchement dans un film me terrorisait, alors je ne vous parle pas des récits de mes proches sur leurs accouchements respectifs.

Bref je vivais ma condition de femme telle une condamnation. Une chose est certaine : j’avais peur de souffrir.

En observant mon entourage, j’ai pu constater que plusieurs femmes avaient cette même peur bleue de l’accouchement, surtout lors d’une première grossesse, ce qui est tout à fait compréhensible.

Après avoir surmonté tant bien que mal ma phobie, j’ai pensé partager mes petits conseils avec vous.

Comment surmonter cette fameuse peur d’accoucher?

1. Acceptez la douleur

Autant vous le dire tout de suite, un accouchement c’est douloureux. Comment ? A quel point ? Je ne saurais vous le dire.

Ce qui amplifie la peur d’accoucher c’est le rapport à la douleur, vous avez peur d’avoir mal (ce qui est parfaitement compréhensible). Par conséquent  vous torturez votre esprit avec des scénarios d’accouchements fantasmagoriques.

Pour apprivoiser cette hantise, il vous faut accepter dans votre esprit cette douleur imaginaire qui vous terrorise. Acceptez l’idée de souffrir. Acceptez que donner la vie n’est pas de tout repos. Acceptez que c’est un mal pour un bien. Acceptez que cela ne durera pas éternellement . Oui je sais c’est plus facile à dire qu’à faire.

Néanmoins, j’ai bien peur que vous n’ayez pas le choix, que nous n’ayons pas le choix en tant que femme. Toutefois, le rapport à la douleur est très relatif, ce qui est atroce pour l’une pourra être supportable pour une autre. Votre amie, soeur ou collègue peut avoir souffert le martyr pour un acte qui à votre tour passera presque inaperçu. Vos sensations seront propres à votre personne.

2. Chaque accouchement est unique

D’après ma propre expérience, lors de sa première grossesse on baigne dans l’inconnu, on cogite, on s’interroge et au final on finit par à aller chercher des informations sur internet. Malheureusement aujourd’hui internet regorge de bonnes et de mauvaises informations. On se retrouve rapidement épouvanté par des récits d’accouchements catastrophiques. J’aimerai rassurer toutes les femmes et futures mamans qui me lisent : j’en ai lu des témoignages bons et moins bons sur l’accouchement et je peux vous garantir d’une chose : votre accouchement ne ressemblera en rien à tout ce que vous aurez lu et entendu. Votre accouchement sera unique. Vous savez pourquoi ? Parce que cet événement est une affaire de ressenti.

À acte égal sur plusieurs femmes, les ressenties et impressions seront différentes. Personne ne pourra prédire avec exactitude le déroulement de votre accouchement, pas même le corps médical, ils auront une trame générale mais pas dans les moindres détails.

3. Cultivez des pensées positives

Au milieu de toute cette peur, les femmes oublient souvent le plus important : le corps de la femme est fait, programmé, structuré pour donner la vie. Faites confiance en la nature. Vous êtes prédisposées pour accoucher. Vous l’avez au fond de vous, c’est inscrit dans votre ADN. Les femmes accouchent depuis des millénaires et elles se portent bien. La preuve personne n’y a vraiment renoncé lol.

Ne laissez pas la peur gâcher ce merveilleux moment,ce miracle qui se produit en vous. Ne vous focalisez pas toujours sur certains diagnostiques alarmants, l’expérience à prouvé que certains accouchements réservent parfois  de merveilleuses surprises. Gardez un esprit positif, un bébé en siège peut se retourner au dernier moment, un accouchement prévu en déclenchement peu parfois arrivé de façon naturelle, une césarienne d’urgence peut se transformer en un accouchement par voie naturelle ( là je vous parle de mon expérience personnelle, j’ai accouché par voie basse dans un bloc opératoire), etc… Entretenez des pensées positives, elles favoriseront un accouchement réussi.

4. Faites confiance au corps médical

Après des mois et des mois à vous retourner dans votre lit à vous imaginer les pires scénarios d’accouchements possibles, le jour-J est enfin arrivé.

« Don’t panic  » ( ça sonne mieux en anglais lol)

La peur peut sérieusement compliquer un accouchement qui avait toutes les chances de bien se passer. Éliminez la peur de votre esprit et un petit secret concentrez-vous sur la rencontre imminente avec votre bébé. Le mieux à faire serait de rester à l’écoute du personnel soignant. Et à propos de cette fameuse douleur tant redoutée, il existe heureusement plusieurs moyens de la soulager dont la péridurale (Que Dieu bénisse l’inventeur de la péridurale lol). Un accouchement c’est un travail d’équipe entre vous et le personnel soignant qui vous donnera toutes les clés pour réussir. Il serait préférable que vous soyez attentives et à l’écoute des instructions, tout en profitant au maximum du moment unique et exceptionnel que vous êtes en train de vivre. Vous vous rendrez compte plusieurs années plus tard que c’était surement l’un des plus beaux jours de votre existence.

Enfin, n’hésitez pas à vous confier à des personnes bienveillantes qui sauront vous rassurer. Si vous en ressentez l’envie posez toutes les questions possibles à votre sage-femme ou à votre gynécologue. Faites part de vos craintes sans tabou. N’ayez surtout pas peur de poser des questions idiotes lors de vos cours de préparation à l’accouchement. Si vous êtes croyante, confiez-vous à Dieu.

Ce que je peux rajouter pour conclure c’est que la peur de l’accouchement est semblable à celle d’un examen, une fois que vous y serez, vous n’y penserez plus. Vous serez dans l’action, vous serez en première ligne et vous jouerez votre rôle à la perfection. Et après avoir fourni les efforts nécessaires vous aurez enfin votre bébé dans les bras et toutes les peines du monde n’auront plus aucune importance.

Donnez la vie c’est beau, ne l’oubliez pas.

Décide d’être une femme indépendante.

Coucou,

Aujourd’hui je souhaiterai aborder avec toi un thème qui me tient particulièrement à cœur : l’importance d’être indépendante financièrement quand on est une femme.

Je suis issue d’une famille monoparentale, j’ai été élevée par ma mère suite à la mort de mon père. Ma mère s’est occupée de trois enfants sans aucun autre soutien financier que son propre salaire. Dieu merci , elle avait fait des études et travaillait dans une grande entreprise de la place. La vie de ma mère a été un modèle pour moi et je n’ai jamais conçu la vie d’une femme autrement que de façon indépendante financièrement.

Il est important de préciser que ce message ne s’adresse pas à toutes les femmes mais uniquement à celles qui désirent prendre leur destin en main pour être indépendante financièrement. Je respecte le fait qu’il puisse exister des femmes entièrement dépendantes de leurs époux, chacune est libre de faire ses propres choix. Pour ma part la question ne se pose pas et je vais t’expliquer pourquoi ? Poursuivre la lecture de « Décide d’être une femme indépendante. »

Ma conviction féministe

Si vous avez vu ma publication récente sur Instagram , vous êtes donc au courant de ma lecture en cours qui n’est autre que le livre de Chimamanda Ngozi Adichie qui s’intitule Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe.

En répondant à son amie Ijeawele, Chimamanda précise qu’elle n’a pas de règles préétablies concernant le féminisme, néanmoins elle se sert de 2 outils pour définir ses principes.

Pour ma part, je me suis penché sur le premier outil.

Ce premier outil est un postulat de base c’est-à-dire une conviction ferme et inébranlable sur laquelle nous fondons notre principe du féminisme.

J’ai réfléchis à cette question pendant ma lecture : quel est mon postulat de base en matière de féminisme ?

Ma conviction ferme et inébranlable est qu’être une femme n’est pas une limite à l’accomplissement de mes rêves.

Je n’ai jamais pensé que mon genre pouvait me fermer les portes de certains horizons.

Je suis certaine que les différents événements survenant dans ma vie de femme tel que le mariage ou la maternité ne seront pas des raisons de m’arrêter, mais plutôt un nouvel élan pour poursuivre mes objectifs.

Cependant avant de parvenir à cette idéologie, il y a eu en amont un travail de base effectué par mon éducation familiale,par mes propres expériences et mon parcours.

Je reste persuadé que nos parents jouent un grand rôle dans le fondement de nos convictions et dans notre façon de percevoir les rôles attribués à chacun dans la société.

Il revient donc à la responsabilité de chacun d’inculquer des valeurs d’égalité à ses enfants, fille comme garçon.

De faire comprendre très tôt à ces futurs adultes que notre genre ne nous définit pas, que nous pouvons tout accomplir.

Il est important que cette notion de limite imaginaire du genre disparaisse pour laisser la place à la liberté .

Bonne journée de lutte pour les droits des femmes!

Qui sont les personnes qui vous inspirent ?

Nous sommes tout au long de notre vie inspirés et influencés par des personnalités qui font soit partie de notre entourage ou de notre société en général. Je ne déroge pas à la règle. Plusieurs personnes me poussent à m’améliorer au quotidien et à rechercher constamment l’excellence en gardant à l’esprit que cela est possible. En tant qu’humains, nous avons tous besoin de croire que nos rêves et nos aspirations sont possibles et nos modèles sont justement les bons exemples pour nous le démontrer. J’ai voulu au cours de cet article dresser une liste non exhaustive de quelques personnes qui m’insufflent la force et le courage de poursuivre mes rêves mais surtout de devenir la meilleure version de moi-même.

Jésus-Christ :

Je suis chrétienne non de par ma naissance mais plutôt par conviction personnelle. Je me suis forgée une foi solide au fil du temps grâce à la connaissance de la Bible. C’est donc le plus naturellement du monde que je cite Jésus-Christ comme ma plus grande inspiration. Je sais pertinemment que chacun de nous a une conviction propre ou une religion différente, toutefois je ne souhaite pas faire un débat sur le bien fondé d’une religion sur une autre. Je souhaite parler plutôt du message que Jésus-Christ est venu apporter sur la terre qui est celui de l’amour. Oui l’amour cette chose essentielle pour l’humanité, ce sentiment qui fait battre nos cœurs doit être celui que nous ressentons face à notre prochain. S’il y a une partie de la Bible que je lis le plus , c’est le nouveau testament . Cette partie de la Bible nous apporte l’ensemble des informations concernant la vie de Jésus-Christ ainsi que son message. En lisant notamment les évangiles, vous trouverez la bonne nouvelle du Royaume des cieux c’est-à-dire l’amour. Dans ce monde de brutes, j’ai besoin par moment de me rappeler que l’amour existe vraiment et que l’homme a la possibilité de changer. Je garde la foi en l’humanité.

Ma mère:

Après Jésus-Christ, je place ma mère, celle qui m’a donné la vie et celle qui est tout pour moi. Quoi de plus normal pour un enfant que d’avoir pour modèle sa mère ? Certes c’est la chose la plus courante qui soit, cependant je dirai que toutes les femmes peuvent donner la vie mais toutes ne sont pas réellement des mères pour leurs enfants. Je voue une grande admiration pour la vie que ma mère a eue. Si je suis la femme que vous connaissez actuellement, c’est parce que j’ai eu comme mentor une femme qui savait faire preuve de ténacité, de bravoure et de détermination face aux difficultés de la vie. Je n’ai jamais conçu ma condition de femme comme étant un frein ou une limite à mes ambitions parce que j’ai eu pour modèle une femme qui a su m’insuffler dès mon bas âge cette ouverture d’esprit. Ma mère m’a démontré à travers sa vie qu’une femme a la capacité et le potentiel d’être ce qu’elle veut . Sa vie reste pour moi un réel exemple et une motivation par dessus tout. L’une des grandes leçons que je retiens d’elle, c’est qu’une femme peut être un mélange de force et de tendresse. Elle peut savoir encourager, booster , motiver quand il le faut et également savoir consoler et réconforter en trouvant les bons mots. Le plus important c’est qu’elle a su me transmettre l’amour qui est une valeur primordiale pour la construction d’un être humain et d’un adulte équilibré.

apples-home-page-is-a-tribute-to-nelson-mandela

Nelson Mandela :

Nelson Mandela fait partie de ses personnages emblématiques qui ont marqué ma jeunesse. Je me souviens encore de la découverte de son autobiographie Un Long chemin vers la liberté « qui est le seul livre que j’ai lu deux fois dans ma vie. Je voue une admiration gigantesque pour cet homme dont les valeurs humaines m’ont énormément marquées. Je me suis toujours demandée où trouvait t-il la force de pardonner, de rester  pacifique face à une telle oppression et surtout de tenir pendant 27 ans en prison. Mon constat a été que cet homme était vraiment exceptionnel. Quand je me souviens de son histoire et de ses œuvres les valeurs que je retiens de lui sont la ténacité , le pardon, l’humilité, la quête d’égalité entre les peuples et la dignité.

 

Chimamanda-Ngozi-Adichie-Natural-Hair-4

Chimamanda Ngozi Adichie :

Chimamanda Ngozi Adichie est une écrivaine nigériane à succès qui à travers ses œuvres  et ses valeurs élève la culture africaine. Ce que j’apprécie le plus chez cette auteure c’est sa personnalité mais surtout sa plume. Chimamanda Ngozi est l’une des rares auteures africaines qui ose dire les choses de façon très réaliste. Je pense n’avoir jamais été autant en accord avec une auteure auparavant. A chaque lecture d’une œuvre, de Chimamanda je suis parfaitement d’accord avec ce qu’elle pense des femmes et de leur place dans la société. J’apprécie le fait qu’elle soit une féministe africaine, une ambassadrice de la culture nigériane en particulier et africaine en générale . Son parcours, ses convictions et son courage d’affronter le monde avec ses idéaux en portant fièrement des tenues de stylistes nigérians et des coiffures afro font de cette femme un de mes modèles les plus inspirants au quotidien. Je pense que l’une des grandes forces de cette femme est que nous pouvons facilement nous identifier à elle, car elle au final elle ressemble à la femme moderne, urbaine africaine. Je vous invite à découvrir sa bibliographie en cliquant sur ce lien .

 

 

08361494-photo-mark-zuckerberg

Mark  Zuckerberg :

Voilà l’un de mes hommes d’affaires préférés, celui qui a réussi à trouver l’idée du siècle, celle qui a révolutionné notre manière de communiquer et nos vies . Je pense que n’importe qui connait l’influence de Facebook, cependant peu connaissent les valeurs de Mark Zuckerberg.  Ce que j’admire avant tout chez lui c’est qu’avec tout le succès de son entreprise, il a su rester humble . Au delà de son humilité nous constatons au quotidien l’évolution de Facebook .Cela revient à dire qu’il ne se repose pas sur son succès et recherche constamment l’évolution. Toutes ces qualités nous font prendre conscience du travailleur acharné qu’il est et à mes yeux il n’y a pas de plus belle valeur que celle du travail. Facebook est l’un des plus beaux succès entrepreneurial de notre époque car en 13 ans d’existence seulement Mark Zuckerberg est devenu le cinquième homme le plus riche de la planète à 33 ans, de quoi faire rêver toute une génération.

 

oprahhollandamericarevised

Oprah Winfrey :

Oprah Winfrey est l’archétype de la réussite américaine au féminin. Je pense que beaucoup de femmes rêveraient d’être à sa place et moi la première. Son charisme laisse que très rarement indifférent. Elle est partie de rien pour bâtir un empire. Nous connaissons tous le calvaire qu’ Oprah a vécu pendant son enfance. Toutefois cela ne lui a pas empêché de rêver de grandeur et de se battre pour atteindre ses objectifs. Nous admirons tous la femme d’affaires qu’elle est devenue tout en omettant de souligner que la vie lui a donné plusieurs raisons d’abandonner. Oprah est l’incarnation de la réussite au féminin car elle a été reconnue comme la personnalité afro-américaine du XXème siècle. Auteure de plusieurs livres, actrice et productrice, Oprah est une femme inspirante . Son parcours force l’admiration. Elle me donne au quotidien plusieurs raisons de ne pas abandonner. Quand je compare mes petits soucis de la vie aux problèmes que cette femme à rencontrer, je me dis tu n’as pas le droit d’abandonner. Et je pense que oui, nous n’avons pas le droit de renoncer à nos rêves peu importe les aléas de la vie. La victoire est d’autant plus belle que la guerre a été rude.

Il m’est impossible de caser toutes les personnes qui m’inspirent dans un seul et même article néanmoins j’ai voulu donner un exemple des différentes personnalités qui me viennent immédiatement à l’esprit, quand je pense au succès . J’admire également tous ces hommes et ces femmes qui savent faire la différence. Ceux qui n’ont pas peur de porter leurs opinions aux yeux du monde. Ces personnes qui ont compris que le travail et la persévérance sont les clés de la réussite. J’admire ceux qui s’assument et qui n’ont pas honte de montrer qui ils sont vraiment. Ceux qui font preuve de ténacité, ceux qui ont un tempérament de bosseur , ceux qui n’ont pas peur de trimer, ceux qui ne se conforment pas à la société .  Je suis curieuse de découvrir également vos modèles, donc n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire .

 

Faut-il avoir ou pas des enfants ?

Voilà une question que certaines femmes trouveraient absurdes, mais c’est elle qui a suscité une vive discussion cet après-midi entre ma collègue Livia et moi.

Nombreuses sont les femmes, je suppose qui me diront que c’est une évidence et que la question ne se pose pas. Je suis désolée de vous décevoir, mais c’est une question que nous devons nous poser avant de faire le grand saut.

Sincèrement, je me suis également posée la question à de maintes reprises. Pourquoi ? Tout simplement parce que donner la vie est une chose si précieuse qui mérite une solide réflexion.

Mais revenons à ma collègue.  Livia m’a fait comprendre que devenir mère était un engagement qu’elle ne se sentait pas capable d’assumer du fait de son manque d’instinct maternel et de sa nature égoïste. Selon elle, un enfant prendrait trop de place dans sa vie et nécessiterait trop de concessions de sa part notamment physique, financière  et que sa relation de couple risquerait d’en pâtir. L’idée de devenir mère ne l’enchante pas et la seule raison pour laquelle elle pourrait le devenir, dans un futur proche serait de rencontrer un homme qui en voudrait .

Pour ma part, je lui ai avoué m’être également posée la question de savoir si j’étais réellement prête à prendre un tel engagement. Je me suis demandée si mon désir d’enfant ne découlait pas du simple fait d’avoir été conditionnée depuis mon enfance à devenir mère. Je me suis demandée si nous ne subissons pas une pression sociale concernant notre désir d’enfanter. J’en suis arrivée à la conclusion suivante : J’aime les enfants et je souhaiterai en avoir, non pas parce que la société m’a conditionné à devenir mère mais plutôt du fait que l’enfant représente la concrétisation de l’amour dans un couple et qu’il nous permet également de transmettre nos valeurs, de léguer notre héritage mais surtout d’apporter une nouvelle richesse à l’humanité.

Je tiens particulièrement à souligner, le fait que chaque femme doit avoir le droit de ne pas désirer un enfant sans pour autant prendre le risque d’être jugée. Il est important de savoir respecter les désirs de chacune. Il faudrait encourager les femmes à écouter leurs propres désirs au détriment de ceux de leur entourage. Il n’y a pas de meilleur choix. Tous les choix se valent à partir du moment où ce dernier est en adéquation avec la nature de chaque femme.

Toutes les femmes sont certes prédisposées physiquement à enfanter mais sont-elles toutes prêtes psychologiquement ? Telle est la question que je souhaite soulever. Nous sommes assaillis de faits divers de maltraitance d’enfants, cela démontre peut-être que certaines femmes ne sont pas prêtes à supporter la responsabilité qu’incombe la vie de mère. De ce fait que pouvons-nous faire pour limiter ce genre d’évènements, si ce n’est d’encourager les femmes à se poser les bonnes questions avant de se décider. Le seul moyen serait de s’assurer que chaque femme comprenne que devenir mère c’est faire un don de soi sans possibilité de rétractation, que cette responsabilité vous suivra toute votre vie.

Je suis curieuse de lire vos avis sur la question, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire.

Bisous bisous

Marinette.